lejardindemoncalendrier.blog4ever.com

2 jardins, recettes, déco jardin, huiles essentielles, cétoine, anémone , heucheres, nigelle, bowen

La petite graine bleue

 A Michèle...

 


 
C'est l'histoire d'une vieille dame qui n'en finissait pas de vivre....

Ah ! disait-elle, je crois bien que le Bon Dieu m'a oubliée... les journées étaient longues.... longues.... longues... Parfois elle arrivait à les rendre un peu moins interminables en imaginant le beau jardin qu'elle aurait tant aimé aménager :

Celui des plantes aromatiques, le jardin avec ses petites allées, le jardin suspendu, le jardin du printemps, celui de l'été, celui de l'automne avec toutes ses couleurs rouges et orangées, plus loin presque caché par la treille : le jardin potager avec son épouvantail et ses légumes rares ou au contraire tellement abondants qu'elle aurait pu en donner à tous ceux qui lui aurait rendu visite... 

Mais des visites elle n'en avait plus, toutes ses amies étaient déjà parties dans d'autres mondes et ses enfants étaient bien trop occupés bien loin à l'autre bout du pays...ils téléphonaient bien sûr, ils passaient en partant et revenant de vacances... bien sûr qu'ils l'aimaient, mais ils étaient si loin....elle était si seule et ne pouvait se résoudre à quitter sa maison, son vieux jardin pas commencé... elle n'avait pas eu le temps : quelques années auparavant, elle s'était installée là avec son Louis et ensemble ils devaient aménager et cultiver  ce jardin, c'était le grand projet de leur vie...

Hélas la vie comporte de drôles de virages et de celui là, elle a bien failli ne pas sortir. Elle, Marie  et son Louis l'avaient achevé dans l'ambulance des pompiers et seule, elle était rentrée à la maison ; refusant de quitter le lieu de tant d'espoirs....Bien sûr, au début elle avait essayé de planter, de semer de tondre....le cœur n'y était pas et le jardin ressemblait aujourd'hui à une vaste jungle !

Pourquoi ce matin de printemps Marie est-elle sortie ? Pourquoi s'est-elle dirigée vers le bosquet derrière la maison juste quand le coucou s'est mis à chanter ? Pourquoi s'est-elle alors arrêtée pour ramasser une énième lettre du coucou ? Etait- ce l'esprit de ce son Louis qui par-dessus son épaule la guidait ? Etaient-ce les elfes des jardins ???? En tout cas, elle n'en croyait pas ses yeux, lorsqu'elle lut sur la feuille d'orchis* : « Va ramasser la petite graine bleue sous le gros chêne et sème là ce soir entre 21h et 21h03 précises et tu verras demain ! »

Des lettres du coucou, elle en avait trouvées et lues aux enfants. Mais ça alors... jamais elles ne lui avaient été  adressées depuis ... depuis qu'elle était toute petite. D'ailleurs elle ne se souvenait plus exactement  quand les messages s'étaient arrêtés.

Comme cette journée fut longue.... mais que d'évènements ! Enfin il se passait quelque chose. Des choses extraordinaires. Tellement extraordinaires que Marie se demandait si elle n'était pas entrain de perdre l'esprit. Plusieurs fois elle a décroché le téléphone pour appeler, d'abord le médecin, puis son fils, à l'autre bout de la France, juste pour lui raconter... ou bien était-ce pour tromper le temps ? Elle savait bien qu'elle ne pouvait dire tout cela à personne... pas encore du moins... elle avait passé l'âge des lettres du coucou.

Enfin cette attente s'acheva et le soir venu, elle se dirigea vers l'endroit  qu'ils avaient prévu, elle et Louis,  d'aménager en « coin des aromatiques ». Accroupie, elle attendit que 9 heures sonnent au clocher de l'église de saint Nicolas, et alors, juste à ce moment, délicatement, avec douceur, tendresse , rêve, poésie, comme si elle déposait  la plus précieuse des perles dans son écrin, elle plaça la graine sur le fond du petit creux qu'elle venait de dessiner dans le sol du revers de sa main gauche. Tout aussi délicatement elle la recouvrit d'une douce pellicule de terre finement dispersée du bout des doigts.

Elle resta là à genoux, un bon moment, sans doute pour savourer cet instant singulier. Enfin, elle se leva et sans se retourner partit se coucher.

D'ordinaire Marie ouvrait ses volets vers les 8h et demie, mais ce matin là, à 9heures, ils étaient encore fermés. Pourquoi ce retard ? En réalité Marie s'était glissée hors de son lit dès le lever du soleil et était allée voir le résultat de son semis de la veille pour découvrir la suite de cette étrange aventure. Elle avait peu dormi. Même si son grand âge lui avait appris la sagesse et la prudence, quand il s'agissait de jardin, de plantes de graines, son cœur se remettait à battre très vite.

Si quelqu'un était entré dans le jardin à ce moment là, il aurait vu une vieille dame aux cheveux blanchis, assise au milieu de magnifiques sauges, romarin, thym, basilic, persil, lavandes et autres plantes aromatiques. Elle resplendissait, son visage rayonnait de lumière et de bonheur. Une mince larme coulait sur sa joue, juste l'émotion... c'est ce qu'on dit... peut être l'absence de son Louis... En tout elle débordait de doux bonheur, on aurait dit qu'elle embrassait les plantes et que ces dernières l'enlaçaient....

Enfin, elle se leva après avoir ramassé quelque chose qu'elle ferma dans sa main. Elle se dirigea vers sa maison.... La main serrée sur sa poitrine. Elle fredonnait.. le soleil brillait... le coucou chantait...

La légende raconte que le jardin de Marie était célèbre dans toute la région, on venait le visiter de loin, c'était une perpétuelle surprise. Personne ne comprenait comment cette vieille dame pouvait entretenir un si beau jardin : un jardin avec ses petites allées, un  jardin suspendu, un jardin du printemps, celui de l'été, celui de l'automne avec toutes ses couleurs rouges et orangées, plus loin presque caché par la treille : un jardin potager avec son épouvantail et ses légumes rares ou au contraire tellement abondants qu'elle pouvait  en offrir  à tous ceux qui lui rendaient visite...


*voir ’’La lettre du coucou’’

Maribambel


 



28/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres